Le Conseil d’Administration de France Digitale annonce la nomination de Maya Noël au poste de Directrice Générale de l’association.

À l’heure où l’écosystème français explose avec des financements records et plus de 500 000 emplois directs déjà créés, et à l’aube d’une nouvelle campagne présidentielle où le sujet de la souveraineté technologique sera clé, France Digitale renforce sa structuration interne et les efforts d’accompagnement de ses 2000 start-up membres en pleine croissance.

France Digitale

Biographie de Maya Noël

Maya Noël débute sa carrière dans le digital en 2012. Elle axe immédiatement son énergie sur la recherche des meilleurs talents, qui représente la première difficulté des start-up en forte croissance. « Je me suis formée au recrutement en accompagnant la croissance rapide d’entreprises comme Deezer, Veepee, Leboncoin ou Datadog. Aux côtés des CEO et des CTO, j’ai intégré les recrutements à la stratégie de croissance des entreprises, quand la fonction DRH dans ce secteur n’existait pas encore vraiment.» explique la nouvelle Directrice Générale.

Pour répondre à la pénurie de compétences dans la tech, Maya Noël co-fonde en 2015 une start-up afin d’attirer des profils venus de l’étranger. 400 entreprises s’inscrivent dès la première année sur le service. L’entrepreneure va chercher ses premiers financements auprès notamment de Jean-David Chamboredon (ISAI). En parallèle, Maya Noël s’engage aux côtés des grandes figures féminines de l’entrepreneuriat et du capital-risque dans l’association StartHer (aujourd’hui Sista) et milite pour plus parité et de diversité en entreprise.

France Digitale proposera des solutions ambitieuses pour renforcer la souveraineté économique et technologique du pays, tout en reposant sur quatre piliers d’action : les Talents, l’Impact, L’Europe et la Deep Tech. Nous avons besoin d’un cadre réglementaire toujours plus attractif pour les investisseurs, d’une politique de la commande publique plus favorable aux start-up françaises, d’un vrai marché numérique européen unique, et enfin, d’accélérer la formation aux métiers à forte valeur ajoutée et d’attirer les meilleurs talents du monde.

Maya Noël

Source : France Digitale